×
― Les Œuvres ―

Disponible depuis le 5 décembre 2020

couverture de an 3 après covid 21

AN 3 APRÈS COVID 21

Tome 1 - Le Multiface

― Résumé ―

Fin de l’été 2024 : Trois ans auparavant surgissait le Multiface, une terrible mutation du Covid poussant les nations aux portes du chaos. Désormais, tout le monde porte son Covtrack, un petit galet noir enregistrant en continu les interactions sociales de chacun tandis que la police du COVID veille au bon ordre. Cela n’empêche pas quatre étudiants partageant le même appartement de vivre leur jeunesse avec insouciance et passion, jusqu’à ce que le covtrack de l’un d’eux change de couleur…
‘An 3 Après covid 21’ est une trilogie décrivant une vision dystopique de notre monde et dont ‘Le Multiface’ constitue le premier tome.

― EXTRAIT ―

Premier extrait

― ACHAT ―

Pour vous procurer An 3 après COVID-21:

Amazon Fnac Librinova
M. Dufourcade

Interview de Christophe Dufourcade : « Le Covtrack sera la meilleure façon de contrôler les pandémies »

Christophe Dufourcade, chargé du programme COVTRACK au ministère de l’intérieur

Monsieur DUFOURCADE, le gouvernement va prochainement signer un décret rendant le port du Covtrack obligatoire. Ce mystérieux objet enflamme la toile depuis plusieurs semaines et donne lieu aux rumeurs les plus folles. Qu’en est-il réellement ?

C’est très simple : Un covtrack, c’est un petit galet noir que nous porterons tous et qui fera essentiellement deux choses. La première, c’est qu’il enregistrera en continu les interactions sociales de son hôte.

covtracks
Un peu comme les applications de traçage actuelles ?

Exactement. Chaque fois que deux personnes seront en contact, leur covtrack échangeront leurs identifiants. Le but est maintenant connu de tout le monde. Lorsque une personne est contaminée, il est crucial d’identifier au plus vite tous ses cas contacts.

Et la deuxième ?

C’est une innovation majeure. Il renseignera sur le statut sanitaire de son hôte.

C’est-à-dire ?

Lorsqu’un citoyen activera son covtrack par une simple pression palmaire, ce dernier affichera la couleur de son statut. Vert : tout va bien. Jaune : Il a été en contact avec un cas contact. Orange : Il est un cas contact. Rouge : Il est contaminé.

Prenons un exemple pour que nos lecteurs comprennent bien. Nous sommes en train de discuter et, sans que je le sache, vous devenez un statut jaune. Que se passe-t-il ?

Eh bien, votre propre covtrack va vibrer dans votre poche. Et si vous le prenez et que vous l’activez, sa surface se couvrira de petites vagues jaunes pointant dans ma direction.

Vous voulez dire que mon covtrack m’alertera sur votre statut ?

Oui, c’est le but recherché. En portant tous notre covtrack, nous allons enfin nous libérer de l’appréhension d’être contaminé. Nous pourrons retrouver une vie sociale normale, saluer nos amis, embrasser nos proches, nous assoir sans crainte à côté d’inconnus dans le métro. Tout simplement parce que s’il y avait un risque, votre covtrack se mettrait à vibrer dans votre poche.

Mais cela suppose que tout le monde joue le jeu. Si quelqu’un se déplace sans son covtrack, on ne pourra rien savoir sur lui ?

Vous avez parfaitement raison : il faudra que tout le monde joue le jeu. Et pour s’en assurer, un nouveau service de police va être mise en place, avec des agents spécialement formés. Une sorte de police du COVID ou du Multiface puisque ce virus représente maintenant la menace la plus sérieuse.

Cela signifie une augmentation des contrôles de police ?

Absolument pas. Des casques renvoyant une réalité augmentée équiperont ces nouveaux agents. Toute personnes se déplaçant sans son covtrack ou avec un statut non vert sera identifiée par ces casques. Concrètement, vous aurez des agents qui scanneront visuellement les lieux de passages et les lieux de rassemblement. Seules les personnes en infraction seront contrôlées et verbalisées. Les autres ne seront pas importunées.

Cela fait quand même une nouvelle police synonyme de contrôles supplémentaires. Vous ne craignez pas que cela soit perçu comme une perte de libertés individuelles ?

Porter son Covtrack, c’est retrouver la liberté de pouvoir se déplacer librement comme on veut, quand on veut et avec qui l’on veut. Dans notre monde pétrifié par les pandémies, ce sera un pas énorme. De toute façon, notre monde a malheureusement changé, et nous devons changer avec lui. Le Covtrack sera la meilleure façon de contrôler les pandémies.

Interview réalisée pour le compte de l’agence Gamma-Presse