― Emmanuel Meursault ―

« A mon avis, c’est ça qui déglingue les gens, de ne pas changer de vie assez souvent »

― Charles Bukowski ―

dessin du visage de l'auteur

Je vois le jour en 1968, faisant de moi un contemporain très fugace du Général de Gaulle. Je déroule une jeunesse tranquille et plutôt heureuse que je m’acharne à remplir de jeux d’enfants, d’émois d’adolescents et de lectures plus ou moins autorisées piochées dans l’ imposante bibliothèque de mes grands-parents. Arrive le baccalauréat que je passe à Lyon. Cinq années plus tard, mon diplôme d’ingénieur en poche, l’armée m’envoie effectuer mon service militaire en Guyane (et oui, la conscription n’était pas encore abolie). Un tournant dans ma jeune existence puisque trente ans après j’habite toujours de ce côté-ci de l’atlantique où j’enseignais encore récemment les mathématiques en lycée.

Ma première expérience d’écriture remonte au début des années 2000 où j’imagine quelques scénarios. J’arrive second à un concours international et une maison de production me remarque. Jugé trop violent et trop subversif – un vrai compliment – cette agence me proposera néanmoins de travailler sur une ligne plus adaptée à leur public. Une ébauche de collaboration qui restera sans lendemain.

Presque quinze ans après, le démon de l’écriture me reprend. Je dépoussière mon premier scénario et décide de le transformer en roman. Alors que s’achève la rédaction de sa première partie, le covid déferle soudainement sur le monde et j’observe de ma villa les pays s’éteindre les uns après les autres. De tout évidence, l’instant est unique et je ne peux pas le laisser passer. Je repousse à plus tard la transformation de mon scénario, prend une page blanche et commence à la noircir de l’émotion présente. Trois mois après, ‘Le multiface’ est rédigé, premier tome d’une trilogie à venir.